De son côté, la France s’en sort aussi plutôt bien: le vice-champion d’Europe a d’ailleurs, selon Goldman Sachs, « une probabilité plus grande que l’Allemagne de gagner le Mondial » (11,3% contre 10,7%), mais pâtit d’un tirage au sort malheureux le confrontant à l’ogre auriverde dès les demi-finales, maillot de foot mexique un obstacle fatal après avoir battu l’Espagne en quarts. « Le Brésil va gagner sa 6e Coupe du monde en battant l’Allemagne le 15 juillet en finale », assène l’organisme financier américain qui se base, dans une étude publiée lundi, sur pas moins de « 200.000 modèles » de « machine learning » (apprentissage automatique) exploitant des « données sur les caractéristiques des équipes, les joueurs, les performances récentes », etc.